press to zoom

press to zoom
4
4

press to zoom

press to zoom
1/18

Reflection

Oil on Arches Paper

124 x 123 cm

( 41 x 31 cm x 12pc )

2020

 

Work developed and executed on residency in Finland, amongst rolling landscape and lakes, 

The theme of light.

With text created specifically for these works by 

Francois-Guillaume Saint Paul

.........

 

L’air aux milles étoiles 

En tourbillon apaisé

Plane sur les eaux sombres et immobiles.

 

Tout espoir est mis à pied

Car l’ombre de la nuit 

Se repend dans l’horizon des cieux mouchetés. 

 

Alors le lac prend l’aspect d’un vert terni,

Car aux abords, la lisière se fait attendre 

Ainsi L’espérance bruisse de loin en loin.

 

L’empereur du règne de la nuit 

Fut de ces lieux enfin relevé,

Laissant place à la froidure encore saisissante. 

 

Et la nuit devint plus pure beauté que jamais,

S’adonnant à la quiétude d’un regard nouveau.

Dès lors le chemin devint plus aisé,

L ‘entrée plus ouverte au présent !

 

Mais faut-il escorte ? 

Non jamais plus pour qu’ainsi, 

Le ciel apparaisse si poli

Qu’un miroir de mille feux

 

Nul besoin de marcher 

Pour aller toiser le Haut ou encore là-bas.

Le regard s’oblige à ne pas se retourner 

Au risque de sortir.

 

Désormais la nuit s’emplie de clés à serrures multiples

Ces lieux si durs autrefois, sont à l’instant amollis. 

Il en est ainsi, plus assuré d’y entrer :

 

Le feu qu’y s’en dégage 

Est plus brulant que le mâchon 

D’un verre rougeoyant

 

C’est pourquoi, Cette lente marche 

Haletante se fait de plus droitement. 

Le semblant n’est plus témoin du cœur 

Et l’âme ne se perd plus dans l’éparpillement du champ d’étoiles

Sur le manteau constellé, 

L’envol invisible glisse. 

Son souffle mouillé 

S’ouvre en ondes lentes et silencieuses

 

Le souvenir est ainsi abandonné, 

L’instant devient présent.

Le retour sur la berge est illusoire 

 

Il faut gagner le grand large, pour ne plus s’égarer.

De ces mille feux, l’unisson se confirme 

Apportant le vent d’une nouvelle ère :

 

Le désir et le vouloir, se déposent au pied de leur temple,

Les étoiles se muent en auberges bienfaisantes

Et l’âme recueillie se dresse vers l’Eternelle Jaillissement.

. . .

Texte - Francois-Guillaume Saint Paul